Affaire « disparition de Peng Shuai » : Une vidéo montrant la tenniswoman Peng Shuai au restaurant jugée ‹‹pas suffisante››.

Alors que le monde du sport s’inquiète pour le sort de Peng Shuai, une vidéo de la tenniswoman au restaurant, avec son entraîneur, est apparue sur les réseaux sociaux ce samedi.

Peng Shuai, 35 ans, ex No 1 mondiale du double et star dans son pays, ne s’est pas manifestée publiquement depuis qu’elle a révélé une relation extraconjugale avec un puissant ex-responsable du Parti communiste, de 40 ans son aîné, et l’a accusé de rapport sexuel forcé. Le message, brièvement posté début novembre sur le compte Weibo officiel de la joueuse avant d’être censuré sur l’internet chinois, évoque au moins un rapport sexuel contraint. Depuis ces affirmations, le sort de Peng Shuai fait l’objet de nombreuses interrogations.

Après de nombreux jours d’inquiétude, des informations rassurantes parviennent enfin. Ce dimanche 21 novembre, le président du Comité international olympique (CIO), Thomas Bach, a affirmé lui avoir parlé au cours d’une visioconférence de trente minutes, selon un communiqué relayé par plusieurs agences internationales dont Reuters. La sportive chinoise lui aurait expliqué « qu’elle était saine et sauve à son domicile à Pékin mais qu’elle aimerait que sa vie privée soit respectée ». Une prise de parole qui intervient après la diffusion de plusieurs vidéos mettant en scène l’athlète de 35 ans au tournoi de tennis pour adolescents à Pékin, Fila Kids Junior Tennis Challenger, mais aussi au restaurant.

« J’ai acquis deux vidéos qui montrent que Peng Shuai dînait avec son entraîneur et ses amis dans un restaurant. Le contenu vidéo montre clairement qu’elles ont été tournées samedi soir, heure de Pékin », a posté sur Twitter le rédacteur en chef du Global Times Hu Xijin. Rassurant à première vue, mais l’inquiétude demeure car le média est proche du pouvoir chinois.

Le directeur du restaurant, Zhou Hongmei, a confirmé à Reuters la présence, ce dimanche 21 novembre, de la tenniswoman. Le groupe de sept personnes, dont Peng Shuai, aurait mangé dans une salle privée où se serait joint le propriétaire de l’établissement. « Ils n’ont pas pris grand-chose. Je pense qu’ils ont surtout discuté », a-t-il déclaré avant de présenter une facture de nouilles et de pousses de bambou. Ce repas a aussi été relayé sur les réseaux sociaux par le haut dirigeant de « Global D-Sports », Ding Li, dans un message dans lequel il indiquait que Peng Shuai allait bien. « Le problème, c’est que Ding Li était intervenu sur Twitter pour la dernière fois en 2012. Après neuf ans, c’est la première fois qu’il prend la peine de tweeter. Pourquoi Peng Shuai ne s’affiche-t-elle pas ? », s’est inquiétée l’activiste Jennifer Zeng citée par le Daily Mail.

La star chinoise du tennis Peng Shuai, est aussi apparue dimanche à un tournoi de tennis à Pékin, selon images officielles de l’événement. Vêtue d’une veste de sport bleu marine et d’un pantalon de survêtement blanc, Peng Shuai apparaît sur des photos des « Fila Kids Junior Tennis Challenger Finals », publiées sur le compte officiel Weibo du China Open.

Le président de la WTA, Steve Simon, a jugé samedi dernier dans un communiqué que les vidéos de Peng Shuai publiées par un média chinois n’étaient «pas suffisantes» pour prouver la bonne santé et la sécurité de la championne.

Le président de la WTA, qui s’est montrée très ferme dès la disparition de Peng Shuai, réclame une enquête «transparente et juste» sur les allégations de la trentenaire. Il a réitéré cette demande samedi. «Comme je l’ai déclaré dès le départ, je suis préoccupé par la santé et la sécurité de Peng Shuai, mais également que ses accusations d’agression sexuelle soient censurées et cachées sous le tapis», a-t-il déclaré.

S’il est «positif» de voir l’athlète, «la vidéo seule n’est pas suffisante» pour montrer qu’elle est «libre de ses décisions et de ses actions», a-t-il ajouté. «J’ai été très clair sur ce qui doit se passer, et notre relation avec la Chine est à un tournant», a martelé à nouveau Steve Simon, qui a menacé de retirer les intérêts de la WTA en Chine si rien n’était fait.

L’affaire Peng Shuai est censurée en Chine et l’entourage de la joueuse n’a pas souhaité faire aucun commentaire. L’ancien vice-Premier ministre Zhang Gaoli, qui a été de 2013 à 2018 un des sept hommes politiques les plus puissants de Chine, n’a jamais réagi publiquement aux accusations.

Kevin Negalo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s